Archives pour la catégorie REGARDS SUR L’INDE

HAPPY DIWALI !

HAPPY DIWALI ! La plus grande fête des lumières en Inde

Deux jeunes filles allument des petites lampes à huile lors de la fête de Diwali, en Inde. PHOTO Khokarahman / CC

Pour les 900 millions d’hindous dans le monde, dont l’immense majorité vit en Inde, Diwali ( du sanskrit « dipa avali », « rangée de lampes », également appelée Deepavali) est la fête religieuse la plus importante de l’année. Elle marque le retour du dieu Rama dans la ville d’Ayodhya et ainsi la victoire de la lumière sur les ténèbres.

Il est donc rituel d’allumer des lampes à huile ou autre à cette occasion. Comme c’est le début de la nouvelle année hindoue, les maisons et les rues brillent de mille et une guirlandes colorées, on suspend des lanternes en forme de lotus au-dessus des portes, partout on pose des bougies, on s’offre cadeaux et friandises, on porte de nouveaux vêtements pour accueillir Lakshmi, la déesse de la prospérité, on repeint les façades des maisons, on organise des feux d’artifice symbolisant la victoire du bien sur le mal…
La fête des lumières est particulièrement spectaculaire à Mumbai (Bombay), où les illuminations sont de toute beauté, et où plusieurs feux d’artifice sont lancés. Quant à Varanasi (Bénarès), elle brille aussi avec ses illuminations et son feu d’artifice.


De nos jours, la fête est également dédiée à Lakshmi, la déesse de la fortune, et à Kali au Bengale.

La guirlande hindoue ou Maalais

 

8743_1

                Le collier de fleurs ou « Maalais » est utilisé par les Hindous pour honorer les Dieux et les hommes. Même si dans le Bhagavad-Gita, Krishna n’exige de son adorateur qu’« une feuille, une fleur ou un peu d’eau », offert avec un cœur pur, le culte hindou reste associé au raffinement des guirlandes de fleurs, appelées « maalais ». C’est l’un des 64 arts traditionnels de l’Inde et il est exercé par une catégorie d’artisans appelés les Maalaikaras.

tressage-1            On les dépose aussi en offrandes dans les temples pour honorer les divinités, qu’elles soient bouddhistes, chrétiennes ou hindouistes. Les hindouistes les donnent au Brahman qui les dépose près de la divinité, (avec les bananes, les pigments ou les noix de coco…) Les hommes en accrochent au rétroviseur de leur voiture, ou déposent un collier de jasmin autour de Ganesha le porte-bonheur sur leur tableau de bord. Les échoppes vendent toutes sortes de guirlandes, pour les naissances, les mariages, les anniversaires, les divinités et toute occasion qui sort du quotidien.

P1090280

                Partout en Inde, les femmes, parfois assises à même le sol, tressent  les guirlandes de jasmin. Les fleurs sont également présentes lors d’un moment clé dans la vie d’une femme hindoue : son mariage. Lors de la cérémonie, la jeune épouse passe de la tutelle parentale à la tutelle conjugale. Cette transition est symbolisée par un collier appelé taali. Le mari passe au cou de son épouse le taali, dessine un point rouge à la racine de ses cheveux, puis ils échangent de lourds colliers d’œillets et de jasmins. En guise d’offrande, les invités des deux familles lancent des fleurs aux jeunes mariés.

             P1090302   Les fleurs ont une dimension symbolique : elles sont au cœur de la religion hindoue. Par définition, la fleur de l’hindouisme est le lotus, symbole de sagesse. Sa fleur prend racine dans la vase tandis que la fleur s’épanouie au-dessus des eaux, ce qui renvoie à la condition humaine. Le rite religieux hindou se nomme la puja. Durant ce rituel, les dieux sont invoqués et des fleurs sont offertes en guise d’offrandes. Selon le dieu invoqué, les fleurs utilisées seront différentes : on offrira des fleurs blanches à Shiva, des fleurs jaunes à Vishnu et des fleurs rouges à Shakti. 

Source : http://www.pondicherry-arts.com