CHANT CARNATIQUE

LA MUSIQUE CARNATIQUE

RagaPuisant à l’origine à la même source, la musique du Sud de l’Inde est dite carnatique par opposition à celle du Nord, «hindoustanie ».
Mais si le mot « carnatique » vient de Karnatataka, un état de l’Inde dravidienne comme le sont le Kérala, l’Andhra Pradesh et le Tamil Nadu, c’est bien le Pays Tamoul le berceau de cette musique raffinée dont les bases remontent au V ème siècle avant J-C.
Elle met l’accent sur la structure et l’improvisation par le biais de combinaisons de « râgas ou râgam » (en tamoul), couleurs, de « tâlas », séquences rythmiques et de « svaras », notes (sa-ri-ga-ma-pa-da-ni). Les Râga sont eux-mêmes liés à un sentiment, une saison, un moment du jour, rasa, ce qui permet d’infinies variations.
La musique carnatique fait intervenir outre la voix qui sert notamment dans son apprentissage, un solfège, le « sargam », mais aussi :
Des percussions : Mridangam, Gatham, Thavil et kanjira.
Des instruments à cordes : Sarasvati Vîna et Yaal ou Yazh, ainsi que le violon carnatique .    
Une guimbarde du nom de Morsing ou Morchang.
La venu, une flûte traversière en bambou (bansouri en Inde du Nord).
Enfin, la tampoura qui s’utilise uniquement en accompagnement comme bourdon harmonique …
L’apprentissage de la percussion use d’un phrasé spécifique appelé « solkattu » qu’on retrouve notamment dans le bharatanatyam.
On utilise aussi les mains pour rythmer les phrasés tant pour le solfège que dans la rythmique…

s_vinaArticle rédigé par Olivier Divry : http://desiattam.id.st/devananda-la-nouvelle-compagnie-de-srimathi-anandi-nicolas-a117402750

ou la félicité des dieux